Akame ga Kill
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Akame ga Kill

Fonce dans le but de renverser le Nouvel Empire, ou pour le protéger !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 [ 宮園 かをり - Kaori Miyazono ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Gomenasai

Gomenasai

Messages : 2
Date d'inscription : 22/12/2014

[ 宮園 かをり - Kaori Miyazono ] Empty
MessageSujet: [ 宮園 かをり - Kaori Miyazono ]   [ 宮園 かをり - Kaori Miyazono ] Icon_minitimeVen 2 Jan - 20:35


KAORI MIYAZONO
宮園 かをり
ton violon pleurait


✖ Mais qui est-elle ? ✖

HISTOIRE

La musique est liberté ..

Kaori Miyazono, oui, c'est moi ! J'dois me présenter apparemment .. Non ça m'dérange pas hein ! Ouh là non pas du tout, ne vous mettez pas cette idée en tête ! Alors voilà .. Je suis une jeune fille qui vient d'un pays frontalier. Bon, je ne vivais pas dans la famille la plus riche mais on vivait bien quoi, malgré la menace continue d'un groupe d'horribles personnes qui pillait les villages voisins. Des gens disaient même qu'ils enlevaient des jeunes filles et les emmenaient dans un endroit totalement inconnu des cartes. Pour que je sois en sécurité, mes parents décidèrent de m'envoyer chez ma tante qui vivait dans la Capité Impériale. La calèche était remplie de jeunes filles dont les parents voulaient les envoyer en sécurité. C'est alors que des malfrats s'attaquèrent au bateau pour y prendre le contrôle et toutes nous enlever. Nous traversions les terres pendant plusieurs jours et des femmes forcées au travail nous nourrissaient, nous lavaient et nous réconfortaient. Puis lorsque nous vînmes à nous arrêter, nous nous retrouvâmes dans un immense bâtiment avec de grandes baies vitrées. On voyait des lits d'hôpital où des jeunes filles y étaient allongées et où elles jouaient. Cette vision nous réconforta toute et nous fûmes amenées à l'intérieur. On aurait dit un immense hôtel et une femme nous fit la visite guidée. Salle de jeux, cantine, salle de bain, chambres, nous vîmes toutes les salles sauf l'aile ouest du bâtiment. Puis nous fûmes toutes séparées par groupe de quatre dans des chambres. Ces chambres étaient blanches avec quatre lits d'hôpital, une petite lumière individuelle au dessus du lit, une petite table à côté du lit un et bureau au bout du lit. On avait une armoire pour deux. Les premiers jours on s'amusait dans les salles de jeu car on avait pas vraiment envie de se balader dans le bâtiment. Mais je pris mon courage à deux mains et je décidai d'entreprendre une longue balade dans tout le bâtiment. Les dames, ou plutôt les infirmières, me trouvaient toutes mignonne et elles me laissaient à ma balade. Puis je m'arrêtai devant une porte où il y avait une clé de sol. J'ouvrai lentement la porte et je vis le seul garçon du bâtiment. Un garçon aux cheveux noirs comme la nuit et ses yeux étaient bleus comme les mers du monde. Il jouait magnifiquement du piano, respectant la partition comme un métronome. Déjà depuis toute petite j'adore la musique et le voir jouer d'une manière aussi précise fit parcourir dans mon corps un immense frisson. Il s'arrêta de jouer en me voyant et commença à rougir. Puis il descendit du tabouret et entreprit une course rapide vers l'extérieur, où un infirmier l'attendait. Il fut amené dans l'aile ouest du bâtiment où l'accès était interdit. Je rentrai alors dans cette pièce remplie d'instruments, piano, violons, violoncelles, guitares .. De quoi combler le manque de mes parents ! Puis je vis en face de cette salle une porte avec un livre dessus. En ouvrant la porte, je vis une immense bibliothèque réunissant des livres de tous les genres.

Durant une dizaine d'année, mes journées dans l'hôpital se résumèrent à lire et à jouer de la musique. Et tous les jeudis, je voyais ce garçon. Jouant toujours d'une manière aussi ponctuelle, comme un métronome humain. Arima. Il daigna m'adresser un mot au bout de quatre ans. Je devais avoir dix ans environ à ce moment. Dès ce jour où il me dit son nom, il venait tous les deux jours à la salle. Il admirait mes performances au violon, et moi je l'admirais jouer du violon. Parfois on offrait un petit concert aux infirmières qui nous applaudissaient. Mais un jour, je ne fus pas du meilleur moral. Je vins à lui jouer un morceau basique de violon, et il me regarda avec ses yeux bleus et son regard qui me perturbait, son regard qui me donnait de terribles frissons. Et il me dit "Ton violon pleurait quand tu jouais". Il m'apprit que les instruments exposent nos sentiments les plus profonds. C'est depuis ce jour que je commençai à tomber amoureuse de lui, et lui tombait amoureux de moi. Une idylle enfantine se forma entre nous et nous étions en véritable symbiose. Les jours où ils n'étaient pas là, je restais à la bibliothèque. Je lisais, je lisais, je lisais tous les jours. Cela commençait par un livre par semaine, puis un livre par jour, puis une dizaine de livres à la journée. Je lisais tellement vite et tout ce que je lisais restait en mémoire. Une des infirmières désigna mes capacités, en disant que j'ai une mémoire photographique puisque je retenais tout ce que je voyais et lisais, une mémoire aussi auditive car je me souvenais des morceaux et je me souvenais ce que l'on me disait et aussi une oreille musicale car je reproduisais n'importe quelle musique sur un instrument. Les infirmières s'intéressaient de plus en plus à moi, et moi je m'intéressais de plus en plus à Arima. Mais du jour au lendemain, il n'est plus venu dans la salle. Au bout d'un mois d'absence, je décidai de pénétrer dans l'aile ouest pour le retrouver. L'aile ouest était remplie d'infirmiers et de médecins et ils essayaient de m'arrêter. Je voyais des adolescents allongés sur des lits d'hôpital avec des membres du corps en moins qui étaient remplacés par des membres bioniques. Puis je m'arrêtai devant une porte blindée. Une porte blindée trouée pour laisser passer les sons. Et j'entendais un piano. Quelqu'un jouait du piano tel un métronome humain. Le piano criait à l'aide, il avait peur et il pleurait. Je souris en entendant ce piano puis les infirmiers me plaquèrent au sol et m'emmenèrent dans l'une des salles.

C'est là que mon calvaire commença. Le premier jour, j'étais fatiguée. On m'injectait des produits puissants et j'étais attachée à la table. Puis je commençais à m'endormir plusieurs jours d'affilés. Puis plusieurs mois. Je fus plongée dans l'inconscience durant près de deux ans, avec parfois des moments de réveil. Durant ces moments, je ne voyais pas bien comme si je n'avais qu'un seul oeil. Je n'avais plus de bras droit, mes jambes ne bougeaient plus, je croyais même qu'on me les avait enlevées, et mon corps entier était engourdi. Je n'entendais rien, mais dans ma tête passait en boucle les mélodies qu'Arima et moi jouions. Puis vint le jour de mon réveil total. Une des infirmières qui s'occupait de moi quand j'étais petite s'occupa à nouveau de moi. Je ne pouvais pas bouger, une couverture recouvrant mes jambes. Mais je fus choquée et effrayée en voyant mon bras droit. Je pensais l'avoir perdu mais non, il était là. Puis après un mois de soin, mon infirmière m'expliqua pourquoi ce bâtiment existe. Ce bâtiment recueillait à la base des orphelins, mais les personnes qui amenaient les enfants recevaient de l'argent c'est pourquoi on a remarqué qu'il n'y avait pas que des orphelins. Enfin pour revenir au but de ce bâtiment, il exécute des expériences abominables sur des enfants dont le but est d'étudier l'anatomie humaine. Toutes les expériences échouèrent ce qui tuèrent les enfants, sauf pour deux personnes. Elle m'expliqua que mon corps supporta les expériences, mais qu'il y avait également l'unique garçon du bâtiment. Elle me raconta son histoire : Arima était un orphelin qui était battu dans son orphelinat. Mais lorsque la directrice de l'orphelinat envoya des jeunes filles à l'hôpital, Arima se faufila parmis elles et il fut emmené là-bas. Il fut séparé des filles et fut directement emmené dans l'aile des soins. Mais il bénéficiait des mêmes activités des filles. Puis vint le jour où les expériences commencèrent sur lui. C'est depuis ce jour qu'il n'était plus venu à la salle. Puis on me parlait des Night Raid, un groupe d'assassins, mais ce ne fut que très bref. Mais il me manquait Arima et personne ne voulait me dire où il était. Puis un jour, les bandits qui ramenaient les enfants réclamèrent une hausse de leur salaire, ce qui fut refusé. S'en suit une attaque décimant tous les enfants, mais j'ai réussi à m'enfuir.

Avec en tête toutes mes connaissances, je vins à m'arrêter dans un hôpital de la même branche qui exécutait le même type d'expériences. Je vins à leur dire que les expériences marchèrent sur moi mais que mon hôpital fut détruit avec tous les enfants tués. C'est alors qu'on me dit que mon hôpital d'origine envoya un jeune garçon dont les expériences étaient un succès vers leur hôpital. Heureuse, je demandai où il était. On me dit qu'il est mort. Mort durant le transport, attaqué par d'autres bandits. Cette annonce provoqua en moi un choc puissant et destructeur, si fort que je m'écroulai directement par terre. À mon réveil, je me trouvais dans une grande chambre. Une femme était là pour m'attendre au réveil. Dans la chambre se trouvait un lit, une lampe au dessus du lit, une table de nuit et un bureau au bout du lit. Mais il y avait également une paire de coussinets sur le bureau avec un petit mot m'expliquant que les expériences étaient pour déterminés qui pourraient bénéficier de ces armes, appelées "Teigu". Sortant de l'hôpital, armée de ces Mjaue, je me baladais dans la Capitale Impériale. Mais je croyais que la vie là-bas était joyeuse et riche, mais ce fut le contraire. Les personnes étaient sous le contrôle continu du gouvernement et les riches avaient le pouvoir. Mais un soir, j'assistais à l'un des assassinats des Night Raid. Avec en tête l'idée qu'ils étaient méchants, je décidai de protéger les personnes en utilisant mon Teigu. Mais l'assassin m'expliqua le but des Night Raid, et c'est là que je découvris que la personne dirigeait les expériences qui avaient tués mes camarades. Deux options s'offrirent à moi : laisser l'assassin s'en occuper, ou me venger. C'est alors que je le tuai devant les yeux de l'assassin. Ce fut le commencement de ma vie au sein des Night Raid, où je travaille pour amener un Nouveau Pays, libre et sans oppression.
----------------------------------------------------------------------------------------------------
TEIGU

Pinku no Kusshon - Mjaue
Ce Teigu se présente sous la forme de coussinets roses se plaçant sur les doigts. Ces coussinets donnent à l'utilisateur un contrôle de l'air, sous deux formes :

Contrôle physique
L'utilisateur peut manipuler l'air par des mouvements de main. Par exemple, l'air peut compresser l'air pour former des barrières, ou le rendre extrêmement tranchant, voire projeter des personnes ou objets. Les possibilités sont nombreuses et peuvent s'adapter à la situation.

Contrôle spécial
L'utilisateur peut modifier l'air pour lui donner des capacités spéciales. Par exemple, avec des mouvements de mains l'air autour de l'utilisateur ou d'un allié devient légèrement rose et quand celui-ci est respiré, la personne qui a respiré l'air voit ses blessures disparaître, ou bien il y a une augmentation de capacités. L'utilisateur peut également chauffer l'air autour de ses mains ou au contraire le refroidir.

Capacités conférées
La puissance de l'utilisateur est divisée par deux si celui-ci reçoit de l'eau. Au contraire, sa puissance augmente s'il a mangé du poisson avant le combat. De plus, l'utilisateur possède une vision développée, peut voir dans le noir et est très agile.

----------------------------------------------------------------------------------------------------
CONNAISSANCES / CAPACITÉS AUTRES

Mémoire photographique
Kaori se souvient de tout ce qu'elle voit et lit.

Mémoire auditive
Kaori se souvient de tout ce qu'elle entend.

Oreille musicale
Kaori possède une parfaite oreille musicale.

Polyglotte
En ayant beaucoup étudié les langues, Kaori parler et décrypte beaucoup de langues mortes ou vivantes.

Connaissances larges
En ayant beaucoup étudié dans les livres, Kaori a développé des connaissances variées :
Voir les connaissances:
 

Maîtrise de l'escrime
Kaori possède une bonne maîtrise de l'escrime.

Maîtrise instrumentale
Kaori peut jouer de n'importe quel instrument qu'elle connaît, et ce à merveille.
----------------------------------------------------------------------------------------------------
ÉQUIPEMENT

Sac en bandoulière
Kaori possède un simple sac contenant diverses choses.

Rapière
Kaori possède une simple rapière.

Violon
Kaori possède un simple violon.
----------------------------------------------------------------------------------------------------
PARTIE FACULTATIVE

Pseudo
Gomenasai

Prénom irl + Âge
Thomas, 15 ans

Expérience rp
5 ans d'rp, principalement dans des RPG mangas, fantaisies et fantastiques.
✖ Description Mentale ✖
Kaori est une fille gentille, douce et attentionnée. Pleine de sens de l'humour, elle adore sourire et faire sourire les gens. Elle n'apprécie pas les compliments envers son physique et préfère les compliments envers sa musique, son comportement, sa magie et ses connaissances. Ses plats préférés se composent de fleurs comestibles et elle déteste les insectes dont elle en a une peur bleue. Elle n'a pas de style de garçons ou de filles, du moment qu'il / elle la rend heureuse.

✖ En bref ✖

Prénom / Nom : Kaori Miyazono
Âge : 17 ans
Taille / Masse : 1m70 pour 55kg
Groupe Sanquin : AB
Teigu : Pinku no Kusshon - Mjaue
Camp : Night Raid

lov ♥

Revenir en haut Aller en bas
Kirito-Kun..
Admin
Kirito-Kun..

Messages : 95
Date d'inscription : 21/12/2014

[ 宮園 かをり - Kaori Miyazono ] Empty
MessageSujet: Re: [ 宮園 かをり - Kaori Miyazono ]   [ 宮園 かをり - Kaori Miyazono ] Icon_minitimeVen 2 Jan - 20:35

Accepté.
Revenir en haut Aller en bas
https://akame-kill.forumgratuit.fr
 
[ 宮園 かをり - Kaori Miyazono ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Akame ga Kill :: Role Play :: Registre des Soldats-
Sauter vers: